Fissure anale

La fissure anale est une déchirure non cancéreuse localisée entre la ligne pectinée et la peau de l’anoderme. Elle se situe en règle générale dans la partie arrière du canal anal et elle peut s’accompagner d’un repli de la peau qui la limite dans sa partie externe (on parle de marisque ou de pseudomarisque). Parfois elle s’accompagne d’une petite tuméfaction à l’intérieur du canal anal (papille hypertrophique).

Les causes :

La constipation et/ou la diarrhée prolongée sont la cause la plus fréquente. Souvent, le passage dans le canal anal d’une grosse quantité de selles ou des selles plutôt dures (fécalomes) est responsable de la déchirure anale.

Les symptômes :

Les brulures et le prurit anal surviennent au moment de l’évacuation et ils sont dus à l’exposition de la sous muqueuse et du muscle sphincter au passage des selles.

Les douleurs peuvent persister plusieurs heures après la défécation. Elles sont parfois plus discrètes mais elles peuvent aussi être beaucoup plus intenses et accentuées lors des épisodes de la vie quotidienne (position assise prolongée). La constipation, une de causes possibles de la fissure anale, est souvent un effet dû à l’appréhension d’aller aux toilettes causée par les douleurs.

L’hypertonie (ou spasme) permanent du muscle sphincter interne joue un rôle important dans la pathogenèse de la fissure anale.

Cette hypertonie est secondaire à l’exposition des couches les plus profondes du canal anal. Elle détermine une micro-ischémie  localisée qui ralenti et parfois empêche la correcte cicatrisation de l’ulcération.
L’ulcération de la muqueuse anale provoque un saignement spontané ou après l’évacuation.

Les signes peuvent durer plusieurs semaines ou plusieurs mois, évoluer favorablement et recommencer par périodes.

Le diagnostic :

L’examen proctologique spécialisé à l’aide de l’anuscopie permet de faire le diagnostic correct et différentiel.

Le traitement :

Dans moins de la moitié des cas la fissure guérie spontanément.

Devant la persistance de la symptomatologie et après un examen spécialisé le traitement médicamenteux consiste à calmer la douleur (médicaments antalgiques ou anti-inflammatoires), à régulariser le transit intestinal (laxatifs), à appliquer des agents locaux cicatrisants et à protéger la paroi du canal anal (crèmes et suppositoires).

Le traitement chirurgical est proposé en cas de fissure chronique ou compliquée ou lors de la persistance des symptômes malgré un traitement médicamenteux classique (Voir la fiche informatives >>).